mardi 22 juillet 2014

LA CITATION DU JOUR (22/07/14) : A PROPOS DE "LA FERME DES ANIMAUX" D'ORWELL


« À n'importe quel moment il y a une orthodoxie, un corps d’idées que l'on suppose accepté par tous les gens sensés sans que ceci pose de question. On n'interdit pas exactement de dire ceci ou cela, ou quoi que soit d’autre, mais ça ne se fait pas de le dire. »

La citation ci-dessus est un extrait de l'essai d'Orwell La Liberté de la Presse, sa préface proposée pour la Ferme des Animaux. Il y décrit la difficulté à laquelle il a fait face en 1943 pour faire accepter ce roman, en raison de l'autocensure exercée à ce moment-là par les éditeurs, de quoi que ce soit qui soit critique d'alliés de la Seconde Guerre mondiale, comme l'URSS sous Staline. Il a été initialement rejeté par quatre éditeurs, y compris T.S. Eliot pour Faber, pour des raisons d'insensibilité politique plutôt que de mérite littéraire. Orwell soutient dans son essai que cette forme de censure volontaire, qui dissimule des vues s’opposant à l’orthodoxie prévalente de l’opinion, pourrait être aussi dangereuse pour la liberté de parole que l'intervention politique directe.

Comme Orwell le souligne aussi ici, des expressions non-orthodoxes d'hier peuvent devenir l’opinion acceptée d'aujourd'hui. Ceci s'est avéré vrai pour la Ferme des Animaux. Au moment où le roman a été finalement publié, en 1945, la critique de l'URSS se faisait plus entendre, contribuant au succès instantané du roman. Curieusement, bien qu'il y ait eu la place pour une préface dans la première édition, aucune n'est apparue et l'essai d'Orwell n'a pas fait surface qu’en 1972 où il a été imprimé dans le Supplément Littéraire du Times.

Traduction libre, M.Caron





vendredi 4 juillet 2014

LA PENSÉE DU JOUR (décembre 1914-Juillet 2014) : KARL LIEBKNECHT


En décembre 1914, Karl Liebknecht fut le seul à voter contre les crédits de guerre. L'extrait de lettre qui suit est adressée à la rédaction du Labour Leader (journal de l'Independent Labour Party, parti anglais qui fut un des seuls en Europe à s'opposer à la Première Guerre Mondiale). Un an et demi plus tard, le 1er Mai 1916, pour avoir parlé au Rassemblement contre la guerre sur la Potsdamer Platz à Berlin, il fut immédiatement arrêté, puis condamné pour haute trahison. C'est la Révolution de Novembre 1918 qui le libérera. Il sera assassiné sur ordre du ministre de l'intérieur SPD Noske, le 15 janvier 1919

"Ce n'est que dans la collaboration des masses laborieuses de tous les pays en faveur de la paix que réside dès maintenant, durant la guerre, le salut de l'humanité. Nulle part ces masses n'ont voulu la guerre, nulle part elles ne la veulent. Doivent-elles, ayant au coeur la haine de la guerre, continuer à s'entredéchirer ? Aucun peuple ne doit commencer à parler de paix, eh bien, qu'ils en parlent tous en même temps. Et celui qui le premier en parlera montrera de la force, non de la faiblesse, et récoltera gloire et gratitude." Karl Liebknecht, Berlin, décembre 1914.


Funérailles de Rosa Luxemburg et Karl Liebknecht (janvier 1919)